Friday, December 9, 2022
Home Societé ADIEU L’AMI JUGMOHUN HURLOLL

ADIEU L’AMI JUGMOHUN HURLOLL

Il y a des moments dans la vie où on ne comprend plus rien, où on se pose des questions, ou on se dit pourquoi moi ? Il y a des moments dans la vie où on se rend compte que ça n’arrive pas qu’aux autres. Le mort fait partie de ces moments.

Une disparition on le regrette toujours. Une disparition engendre la colère, la peur et évidemment la tristesse. Tous ces sentiments planent aujourd’hui dans le village côtier de Trou d’Eau Douce qui a, ce matin, a perdu un de ses êtres chers, un de ses habitants dont la loyauté envers les villageois sera toujours « loyalement » commentée.

Jugmohun Hurloll, 70 ans, n’a pas gagné le combat contre un Arrêt Vasculaire Cérébral qui l’a frappé de plein fouet vendredi matin à son domicile de Trou d’Eau Douce où sa réputation de « bon dimoune » faisait souvent sa grande joie légitime d’ailleurs.

Cet homme calme, honnête, affable et serviable, toujours souriant, qui tient avec son fils unique, Arvind, le fameux Taj Snack, situé en face de l’église Notre-Dame-de-Bon-Secours de Trou d’Eau Douce, dont nous avons souvent fait les éloges pour ses plats des plus succulents et son service irréprochable, était un des premiers habitants de l’Est a distribuer notre journal, EST PRESSE depuis son lancement le 16 décembre 2016 et dont il était lui-même, un fidèle lecteur. Même lorsque nous sommes passé en ligne, il se faisait un devoir de prendre les nouvelles et surtout de demander à ses clients et ses amis de ne pas manquer de surfer sur le WEB pour trouver  www.estpresse.mu

Pas plus tard que mercredi dernier, nous évoquions avec lui, l’idée de publier un magazine consacré à la belle célébration de Divali. Il voyait cela génial et nous donna même quelques tips pour que le magazine ait un caractère national, tout en nous demandant d’essayer de faire la même chose pour les fêtes Eid, Cavadee, Printemps et Noël surtout pour que les jeunes prennent conscience de la valeur de ces célébrations dans un pays multiculturel et  un moment où se perdent des valeurs. Il nous disait même que ces fêtes ont un caractère national et qu’il s’émerveille de voir autant de mauriciens les vivre et les célébrer dignement. Monsieur Hurloll, comme nous l’appelions affectueusement, était pour nous plus qu’un ami, un sage, un conseiller même.

Les sages disent toujours qu’il n’y a pas de remède contre la peine, que chacun emprunte le chemin de reconstruction comme il peut. Mais, dans ces durs moments, nous prions à son épouse, sa fille qui n’a malheureusement pu faire le déplacement de France pour venir le voir une dernière fois, à sa fille qui est ici et à son fils, d’accepter nos condoléances les plus sincères et de prendre du courage.

Que l’âme de notre ami, Jugmohun, repose en paix. Adieu l’ami !

Latest Articles

Les plus beaux letchis de l’année au verger de Poste de Flacq

La moisson est grande, mais les chauves-souris sont nombreux ces temps-ci dans l’Est. Du coup, les vergers de letchis sont pris d’assaut...

Coupe du monde: revivez l’actualité du Mondial du dimanche 4 décembre

Ce dimanche 4 décembre a été marqué par les qualifications de la France et de l’Angleterre pour les quarts de finale du Mondial,...

Coupe du Monde 2022 : le programme des matchs du 3 décembre

Au programme de ce samedi en Coupe du Monde, les débuts de la phase à élimination directe avec les deux premiers huitièmes...