Thursday, June 30, 2022
Home Actualité COVID - 19 - L’inquiétude était vive, hier en Europe

COVID – 19 – L’inquiétude était vive, hier en Europe

En Europe la propagation du coronavirus repart de plus belle, l’Allemagne redoutant même qu’elle ne devienne «incontrôlée», tandis que la confusion régnait à Madrid, une des capitales les plus touchées du continent. 

De l’autre côté de l’Atlantique, aux États-Unis, en pleine lutte politique à l’approche de la présidentielle du 3 novembre, Donald Trump voit désormais de «fortes chances» de trouver un accord avec les démocrates sur un plan devant permettre à l’économie de faire face aux dégâts causés par la pandémie.

Dans ce contexte, le président américain, contaminé par le virus, a exigé deux débats en personne face à son rival Joe Biden, les 22 et 29 octobre, après avoir refusé, un peu plus tôt, de participer virtuellement à celui prévu pour le 15 octobre.

Pendant ce temps, sur le continent européen, où plus de sept millions de cas de COVID-19 ont, au total, été signalés, la situation ne cesse d’empirer. 

Ainsi, en Allemagne, «le nombre d’infections augmente, particulièrement aujourd’hui, dans une ampleur préoccupante», a alerté jeudi le ministre de la Santé, Jens Spahn.

Pour la première fois depuis début avril, plus de 4000 nouveaux cas quotidiens y avaient été recensés la veille, le record en 24 heures, 6294, datant du 28 mars. 

Les vacances d’automne devant commencer dans une grande partie de ce pays, le gouvernement a appelé à limiter les voyages et les régions se sont accordées sur une interdiction de séjour dans les hôtels ou appartements touristiques pour des personnes en provenance de zones à risque nationales.

À Berlin, la plupart des magasins ainsi que tous les restaurants et bars devront fermer de 23 heures à 6 heures à partir de samedi et au moins jusqu’au 31 octobre.

En France, quatre villes de l’est et du nord (Lyon, Grenoble, Saint-Étienne et Lille) passeront le même jour en zone d’alerte maximale, a annoncé jeudi le ministre français de la Santé, Olivier Véran.

Au total, plus de 18 000 nouveaux cas de contamination par le coronavirus ont été détectés en 24 heures en France, un record depuis l’utilisation de tests à grande échelle, selon des chiffres officiels communiqués jeudi soir.

Dans la région parisienne, l’agence régionale de santé (ARS) a demandé aux hôpitaux et aux cliniques de «mobiliser toutes leurs ressources» en prévision d’un «afflux important» de malades de la COVID-19 dans les prochaines semaines.

Belgique, Pologne, Italie, Autriche

En Belgique, les cafés et bars ont fermé, jeudi matin, dans l’ensemble de la région de Bruxelles, tandis qu’en Pologne, le gouvernement a annoncé qu’il rendait le port du masque de protection obligatoire dans tout l’espace public.

Le premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, a cependant assuré qu’il n’était pas «pour le moment» nécessaire de confiner ses concitoyens comme au printemps.

Sur le territoire italien, où une mesure similaire sur le masque a été prise la veille et où l’état d’urgence a été prolongé jusqu’au 31 janvier, les récalcitrants s’exposent à une amende qui pourra atteindre les 1000 euros. 

En Autriche voisine, le gouvernement n’a pas totalement exclu un deuxième confinement après un nombre record, comme, plus au sud, en Croatie, de nouveaux cas de contamination 24 heures.

Quant à l’Espagne, où les habitants de la capitale et de ses environs ne peuvent plus depuis, vendredi soir, sortir de leur ville que pour des raisons de première nécessité, elle a connu un véritable coup de tonnerre, le Tribunal supérieur de justice de Madrid ayant rejeté, jeudi, ce bouclage partiel, car il ne respecte pas les «droits» et les «libertés fondamentales».

État d’urgence prolongé au Maroc

Face à la propagation du virus, la Commission européenne a annoncé, jeudi, avoir conclu un accord avec le groupe pharmaceutique américain Gilead pour la fourniture de 500 000 doses de Remdesivir, un antiviral autorisé dans l’UE pour traiter les malades de la COVID-19.

Tous les pays de l’UE, les pays membres de l’Espace économique européen, le Royaume-Uni et six pays candidats (Albanie, Macédoine du Nord, Monténégro, Serbie, Kosovo et Bosnie-Herzégovine) pourront bénéficier de ces achats.

En Russie, la pandémie a également continué à progresser jeudi avec plus de 11 400 nouvelles contaminations, tout proche du record de 11 656 cas enregistré le 11 mai, quand un confinement strict y était imposé.

Situation préoccupante aussi au Maroc où le gouvernement a décidé de prolonger d’un mois l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis la mi-mars.

Bonne nouvelle, en revanche, au Sénégal où Gorée, l’île symbole de la traite négrière au large de Dakar, une destination prisée des touristes, rouvrira samedi aux visiteurs après des mois de fermeture.

Dans le monde, la pandémie a fait au moins 1 057 084 morts depuis fin décembre, les États-Unis étant le pays le plus endeuillé avec 211 844 décès, devant le Brésil, qui s’approche des 150 000 morts.

Et si le rebond économique mondial n’a pas eu lieu alors que les mesures de confinement ayant paralysé la planète au printemps ont été levées, c’est parce que les populations se mettent volontairement en retrait de la vie sociale par crainte de contracter la COVID-19, a de son côté estimé jeudi le Fonds monétaire international (FMI).

Latest Articles

FOOTBALL: Galtier, Sissoko, Dembélé… Les infos et rumeurs transferts du jour

Aujourd’hui, le mercato estival de l’intersaison bat son plein. Alors que Romelu Lukaku (29 ans, Chelsea) a officiellement rejoint l’Inter Milan en prêt...

ART: Mauritius Telecom favorise la promotion des artistes locaux au niveau international avec Spotify

L’initiative est plus que fort louable. Jamais, au grand jamais n’a-t-on vu une organisation se mettre côte à côte, serrer les...

COVID -19: Révision de la quarantaine en Chine

Pékin a réduit mardi de moitié la durée de la quarantaine obligatoire pour les voyageurs arrivant en Chine, ce qui constitue un...