Tuesday, August 9, 2022
Home Actualité COVID -19 : Une pastèque (melon d’eau) à Rs 829.-, 0.420 kg...

COVID -19 : Une pastèque (melon d’eau) à Rs 829.-, 0.420 kg de pomme d’amour à Rs 89.80.-, un chou à Rs 300.-

En cette période de lock down, c’est le stress, l’amertume, la frustration et parfois même, la colère. La grande colère, c’est surtout lorsqu’on constate un peu ce qui se passe dans des commerces autorisés à opérer. La période de confinement est-t-elle devenue un moment pour plumer les consommateurs ? Cette question est sur beaucoup de lèvres. Certes, le ministère des prix sous la férule du ministre Soodesh Callychurn, est en train d’abattre un énorme travail en faveur des consommateurs, mais ailleurs on veut les ruiner.

Chaque jour qui passe depuis le début de ce deuxième triste lock down que nous vivons dans notre île est marqué par des actions salutaires des inspecteur du ministère des commerces. Ils verbalisent les commerçants malhonnêtes non seulement pour le non affichage des prix mais également pour les prix abusifs. Vendredi dernier déjà, parlant des prix abusifs, le ministre nous disait qu’il a demandé à ses officiers de ne laisser aucune chance à ces commerçants qui tentent de faire les consommateurs prendre des vessies pour des lanternes. A voir le nombre de contraventions sur la table du ministre (284 du 7 au 16 mars), on se rend compte que le ministre Callychurn n’a pas parlé dans les oreilles des sourds.

Malheureusement, malgré les efforts du ministre, il y a des prix que ses inspecteurs ne peuvent pas contrôler comme les fruits et légumes. Aujourd’hui, une visite dans certains commerces nous a énormément surpris. Tenez, une pastèque (melon d’eau) à Rs 820.- mois d’un demi livre de pomme d’amour à Rs 89.20 et un chou à Rs 300, il y a de quoi crier au vol. Oui, c’est véritablement du vol. Oui, certains commerçants sont en train de plonger la main dans les poches des consommateurs. On se demande si à l’intérieur d’une pastèque vendue à ce prix il y a au moins une graine en or, ou, si une pomme d’amour est encerclée d’un brin de fil d’argent, ou, si encore il y a une perle à l’intérieur d’un chou.

Non, franchement, il y a des choses que des commerçants aurait dû éviter de faire à un moment où le Premier ministre demande la compréhension, la solidarité et le respect à tout le monde. Sans doute, il faudrait maintenant demander au ministre Manish Gobin, qui comme son collègue, Soodesh Callychurn a démontré beaucoup de dynamisme, means business, réfléchir sur un moyen pour casser les reins de ces malhonnêtes.  A bon entendeur…

Latest Articles

SPORT – PETANQUE: Le festival annuel du Conseil de District de Flacq couronné de succès

De 9h à 22h hier, une partie de la plage de Belle Mare était réservée au festival...

COVID- 19: A Agaléga, 107 résidents et 4 travailleurs indiens infectés

La pandémie sévit actuellement à Agaléga. LA nouvelle est que sur 146 tests effectués hier, pas moins de 107 résidents et 4...

SPORT – FOOTBALL: Premier League (J1) : Man City : Guardiola fait taire les détracteurs d’Haaland

Suite à l'excellente prestation d'Erling Haaland ce dimanche avec Manchester City, Pep Guardiola a eu une petite pensée pour les détracteurs de...

INFORMATIQUE: ELCA fête ses 4 ans avec l’inauguration des nouveaux bureaux à Vivea Business Park

https://fb.watch/eLdl6sUEAW/ ELCA. Voilà un nom qui est peut-être inconnu pour nombre de mauriciens. Mais, cette Compagnie qui excelle dans...