Thursday, June 30, 2022
Home Societé Détour à Lallmatie pour un Jubilé d’Or sucré chez Sandra Restaurant Sweets

Détour à Lallmatie pour un Jubilé d’Or sucré chez Sandra Restaurant Sweets

Que ce soit dans la matinée, dans l’après-midi ou dans la soirée et même aux petites heures du matin, si vous passez par le village Lallmatie et que vous ne vous arrêtez pas chez Sandra Restaurant Sweets, cela veut dire que vous avez tout vu à Paris sauf la Tour Eiffel. Car, Sandra Restaurant Sweets (ouvert tous les jours de 6h30 à 1h30) est incontournable dans la région et son aventure dure depuis déjà 50 ans. 

Oui, ce fameux local de la famille Kathapermall, jadis mal fagoté avec quelques vielles feuilles de tôle comme une de ces cabanes de fortune d’un autre temps, célèbre ces jours-ci, un événement de taille : Jubilé d’Or. Pour EST PRESSE, le détour n’en valait pas seulement la peine, mais était obligatoire pour en dire le moins. Surtout qu’il est connu que le propriétaire des lieux, M. Parmeson Kathapermal, plus connu comme Sandra, un véritable encyclopédie lorsqu’il s’agit de l’histoire de sa région, a vraiment trimé depuis son plus jeune âge : d’abord comme marchand de pistache dans l’une des premières salles de cinémas de l’Est, Globe, avant de se lancer dans la confection des fameux gâteaux de l’huile, des farathas, consommés sur place avec un bon thé parfumé, avant de se lancer dans la confection des gâteaux qui rappellent l’Inde tels les Barfi, les Jellebis pour ne citer que ceux-là. 

La petite cabane mal fagotée deviendra le one stop shop de la gastronomie

Depuis quelques années, c’est un nouveau bâtiment qui a été érigé. Deux étages pour l’entreprise familiale, dont un restaurant qui a été ouvert à côté de ce Sweet Spot et là, on trouve un peu de tout : menus à la carte, commande pour la consommation sur place ou à emporter,  aussi et le prix défie toute concurrence dans la région. La famille Kathapermall est d’ailleurs connue comme l’une des premières installées depuis le 31 octobre 1970 au cœur de Lallmatie comme les vaillants frères Bissoondoyal. De fil en aiguille, M. Sandra Kathapermall a façonné son commerce. La petite cabane mal fagotée est devenue aujourd’hui Sandra Restaurant Sweets. Un grand et beau bâtiment construit dans une position stratégique. Que vous alliez à Belvédère ou à Saint Julien d’Hotman, à Saint Julien Village ou à Bon Accueil, le passage devant Sandra Restaurant Sweets est « compulsory » dirait l’Anglais. 

Enter la chère moitié de M. Sandra

Mais, évidemment derrière tout homme qui réussit, se tient une dame. L’élue du cœur de Sandra, Petchaye, fait elle-aussi, partie de l’entreprise qui flotte bien haut avec sa quinzaine d’employés dont certains viennent de l’étranger. Le couple, jeune de 46 ans, vit son bonheur avec ses trois fils, Vanessen, Krishen et Shiva et deux filles Roumela et Davina. Madame est surtout une spécialiste au niveau de la cuisson pour le resto, alors que son bonhomme, Sandra s’occupe de tout ce qui est sucrerie. Et les produits sont écoulées partout dans l’ile. Evidemment, dans un business familial, il faut toujours penser à la relève, la formation aussi. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Sandra et sa chère moitié sont des visionnaires. Déjà, ils ont deux fils qui les épaulent et à qui ils ont partagé bien des secrets. Krishen, Ken pour les intimes, gère le restaurant, récemment rénové et qu’il appelle fièrement SANDRA NEW Family Restaurant, alors que Shiva est celui qui, avec son père, assurent la gestion de la confection des sucreries qu’on trouve aussi dans plusieurs prestigieuses enseignes comme Super U et Winners par exemple.  

Le resto impressionne par sa simplicité avec un décor retraçant le parcours de la famille. M. Sandra Kathapermall explique que pour réussir dans le business, il a fallu d’énormes sacrifices, de patience et de persévérance. Une manière d’expliquer que tout n’est pas tombé du ciel. Bien sûr que nous avions parlé de sa rencontre avec son prince charmant : «son père m’adorait et c’est ainsi que l’introduction s’est faite. Puis, l’amour a suivi son cours » clame la gentille dame, qui rappelle que le couple réussit lorsqu’il y a la communication, la compréhension, la remise en question et le compromis. Une petite leçon pour ceux qui projettent de convoler en justes noces. 

Le pater, Sandra partage totalement l’avis de madame, avant d’ajouter que pour permettre la réussite des enfants, il faut d’abord que les parents inculquent les valeurs. Et ce ne sont certainement pas les enfants de ce beau couple qui diront le contraire. « Nous avons montré à nos enfants comment se faire respecter et comment se montrer respectable envers les autres. Le respect est fondamental dans le commerce et dans la vie. Le bon service et le sourire aussi » fait-il remarquer. 

Dans le rétroviseur : les frères Bissoondoyal

Allons faire un tour dans le passé…Les frères Bissoondoyal par exemple : « Ah, ce sont des grands qui ont aidé à façonner la liberté des Mauriciens. L’indépendance de notre pays a été discuté ici, à vol d’oiseau de mon commerce. Moi, j’étais amis du Père de Basdeo. On se voyait souvent. On se côtoyer et je peux dire qu’il faisait partie de ma famille. Souvent on discutait et moi, je disais souvent et je le dis toujours qu’il faut comprendre la situation des gens et ne pas les juger sur le champ. On était tous très pauvres et il fallait se comprendre, s’entraider. J’ai connu la misère. Pendant trois heures régulièrement, je me tenais auprès d’une salle de cinéma pour écouler les pistaches.  Comment pouvais-je refuser d’offrir 5 sous de carri à ceux qui venaient avec leur pain dans notre cabane de fortune. La vie était dure, mais il fallait bien vivre. Je me souviens aussi que je ne savais pas manier la langue hindi, mais un Guruji, père de M. Vinaye Thacoor, ancien Chief Executive du Conseil de District de Flacq, m’obligea à apprendre à écrire et à parler cette langue que je trouve vraiment fascinante. D’autant qu’elle m’a beaucoup aidé et continue de m’aider dans le business » nous dit-il. Le Jubilé d’Or,  qu’est-ce que cela veut dire pour M. Sandra Kathapermall ? « C’est 50 années d’amitiés avec les gens de la région mais également avec tous ceux qui font le stop over chez nous. L’amitié n’a pas de prix. Mes enfants le savent aussi. »

On n’oublie pas les bonnes causes chez les Kathapermall

Certainement, aujourd’hui, M. Sandra Kathapermall vit mieux : « Bien mieux et je remercie le Bon Dieu pour cela. Le soutien de mon épouse aussi compte beaucoup et voilà que vous m’offrez l’opportunité de lui dire Merci beaucoup pour tout. Les enfants ont réussi et j’en suis fier. J’ai une fille, Roumela, qui m’a offert le privilège de suivre sa graduation live and direct en Grande Bretagne et elle est aujourd’hui cadre à la Tourism Authority. L’autre fille, Davina, est dans l’administration des affaires avec son époux. J’ai un fils, sous-Chef dans un prestigieux hôtel du nord du groupe Veranda. Ken est, lui, à côté dans le resto, tandis qu’un autre fils, Shiva, qui gère son business de magasin de décors pour voitures. J’ai beaucoup voyagé avec mon épouse. Nous avons visité bien de pays » explique M. Kathapermall. Parlons maintenant de Ken, celui qui a apporté sa touche personnelle pour faire briller davantage les affaires. Ken est aussi connu comme un homme avec un grand cœur. Il a eu l’idée, en cette période festive du business familial de rendre des SDF dans plusieurs régions du pays heureux. Un Food Pack et des cadeaux à leur intention. Faut bien le faire !

Ken et son service de catering aussi

Avec la famille, il descendra à Post Flacq RCA bientôt pour apporter un sourire sur le visage de la centaine d’écoliers de l’établissement. Avec son papa, sa maman et ses frères, aujourd’hui et probablement demain aussi, les clients repartiront avec un sweet pack et des friandises. « Si nous avons réussi, c’est grâce aussi aux habitants et nous considérons que c’est un devoir de faire zott la bous dou » dit-il avec un sourire si sincère. Dans le restaurant de Ken, on peut commander toute sorte de menu. On peut manger sur place ou prendre et partir. Mieux : il assure un service de catering aussi (Tel. 5764 2926 ou 418 5250) ce jeune homme qui ne manque pas de projets et d’ambition. Mais, pour l’heure, il veut faire fructifier davantage le business familial. Croyez-nous, ses qualités de bon entrepreneur lui permettront d’atteindre ses objectifs. L’autre frère, Shiva, dont le nom du magasin est révélateur à plus d’un titre LOCOST, comme Ken, ne tarit pas d’éloges pour ses parents. « Ils ont vraiment bossé dur pour nous permettre de vivre heureux aujourd’hui. Maman comme papa sont des hard workers. » 

50 ans pour le business familial. Que peut-on ressentir lorsqu’on est un des fils du couple ? « Fierté et surtout heureux pour la famille et pour ceux que nous servons, le public, les habitants de Lallmatie que je voudrai moi aussi remercier au nom de la famille » dira Shiva. LOCOST est spécialisé dans le décor et rend les voitures encore plus attrayantes. LOCOST assure également un service d’impression des plaques d’immatriculations. Le magasin est facilement repérable à Lallmatie. Il se trouve à côté du Sweet Spot de M. Sandra Kathapermall. Enfin, les Kathapermall ont fait de l’unité, la solidarité et le service le crédo pendant ces 50 dernières années. Et rien au monde ne pourra les arrêter. Pour un Jubilé d’Or, quoi de plus normal pour notre équipe, à EST PRESSE, de dire à cette famille qui manie business avec professionnalisme et douceur ceci :  Joyeux Anniversaire et Sincères Félicitations !

Latest Articles

FOOTBALL: Galtier, Sissoko, Dembélé… Les infos et rumeurs transferts du jour

Aujourd’hui, le mercato estival de l’intersaison bat son plein. Alors que Romelu Lukaku (29 ans, Chelsea) a officiellement rejoint l’Inter Milan en prêt...

ART: Mauritius Telecom favorise la promotion des artistes locaux au niveau international avec Spotify

L’initiative est plus que fort louable. Jamais, au grand jamais n’a-t-on vu une organisation se mettre côte à côte, serrer les...

COVID -19: Révision de la quarantaine en Chine

Pékin a réduit mardi de moitié la durée de la quarantaine obligatoire pour les voyageurs arrivant en Chine, ce qui constitue un...