Thursday, June 30, 2022
Home Actualité Divali : La lumière sacrée !

Divali : La lumière sacrée !

DIVALI est, cette année, célébré le 14 novembre. On fête la lumière sacrée qui s’installe partout chez les familles hindoues et il y en a même des familles d’autres croyances religieuses qui leur emboîtent le pas. Car, DIVALI c’est l’une des fêtes les plus importantes et les plus célébrées du calendrier de la religion hindoue. Cette fête représente le triomphe du bien sur le mal, celle de la lumière sur l’obscurité aussi. DIVALI, c’est Rama qui retourne en triomphe comme un héros à Avodhva en Inde. C’est une victoire qu’il faut bien célébrer de manière la plus grandiose qui soit. Ce retour de Rama restera mémorable, puisque les habitants de la région d’Avodhva avaient rangés des lampes sur la route pour l’accueillir. Au fil des années, la fête s’est développée davantage et aujourd’hui, elle est synonyme de nouveaux vêtements, échanges de cadeaux, pétarades et même feux d’artifices. Mais les traditionnels partages de friandises n’ont pas changé après les sessions de prières évidemment. A tous nos lecteurs, nous disons avec grâce et respect : HAPPY DIVALI !

Mythes et légendes : Agni, Vayu et Suya

Derrière le DIVALI se cachent de nombreux mythes et légendes, attachés à l’hindouisme et étroitement liés à Vishnu et à son épouse, Lakshmi. 

Avec Brahma, Dieu de la création, et Shiva, Dieu de la destruction, Vishnu, Dieu de la préservation, fait partie de la Trimurti, la trinité de l’hindouisme qui a pu remplacer dans la ferveur populaire, la trinité védique que constituaient Agni (le feu), Vayu (le vent) et Surya (le soleil). Ces trois divinités sont individuellement accompagnées de leurs parèdres (ou shakti), la déesse qui leur est associée. Ainsi, l’épouse de Brahma est Sarasvati, déesse du savoir, celle de Shiva et Parvati (qui peut revêtir les formes terribles que sont Durga et Kali), et finalement, celle de Vishnu est Lakshmi, qui engendre la richesse intérieure et la prospérité. 

DIVALI célèbre le retour dans sa capitale, Ayodhya, de Rama avec son épouse Sita, qu’il a reconquise à la faveur d’une lutte acharnée avec le démoniaque Ravana, une histoire expliquée en long et en large dans le Ramayana. DIVALI (ou Dipavali), dont le sens est « rangée de lumières », rappelle la route éclairée pour Rama par les habitants d’Ayodhya pour éclairer son retour. DIVALI prolonge la fête de Dussehra, qui célèbre la victoire de Rama sur Ravana, vingt jours avant le Divali. Au cours des festivités de Dussehra, les gigantesques effigies de Ravana, sont la proie des pétarades.

Adoration pour la déesse Lakshmi

DIVALI constitue une journée d’adoration de la déesse Lakshmi, mais c’est aussi une suite de festivités qui durent pendant cinq jours consécutifs. Toutes différentes les unes des autres, ces fêtes sont un rappel de toute une série de légendes et de traditions. Outre Lakshmi et les deux avatars de Vishnu que sont Krishna et Rama, DIVALI célèbre également Ganesh, le Dieu à tête d’éléphant, fils de Shiva et de Parvati, qui est « celui qui écarte les obstacles de l’égo ». On ne parle pas de DIVALI sans l’associer à la lumière, à ces illuminations qui redorent les maisons et bâtiments commerciaux. Souvent, les habitants d’autres régions, surtout urbaines, en particuliers les non Hindous, roulent des kilomètres pour venir admirer la beauté des esprits originaux concernant l’illumination des bâtiments partout dans l’Est.

Cinq jours de célébrations et le Bari DIVALI

En Inde, les festivités durent cinq jours, dont le troisième, la plus importante « Bari DIVALI», « la grande DIVALI »), est exclusivement consacrée à la déesse Lakshmi, les quatre autres étant associés à différentes légendes et traditions. Ce troisième jour est aussi le dernier de l’année du calendrier hindou, Vikram, populaire surtout dans le nord de la Grande Péninsule. Le lendemain, début de la nouvelle année hindoue, est appelé Annakut dans le nord de l’Inde, alors que dans Sud, DIVALI ne coïncide pas avec le début de la nouvelle année, car c’est un autre calendrier qui est utilisé, soit le Shalivahana. 

Les Sikhs, les Jaïns et les Népalais  fêtent également le DIVALI tout en y apportant une couche de leurs coutumes et traditions. Ailleurs, en Malaisie, à Singapour, en Afrique du Sud et évidemment, à Maurice, DIVALI est une fête célébrée dans la ferveur populaire. Tout est entrepris pour revivre ce moment sacré comme racontée par les sages de l’époque. DIVALI, on le célèbre dignement, après des sessions de prières et une période de jeûne.

Les traditionnelles lampes la terre et la famille Ramdoyal de Poste de Flacq

DIVALI c’est aussi ces traditionnelles lampes la terre qui retournent au premier plan…Des lampes dont la fabrication se fait de plus en plus rare dans le pays. Cependant, chez la famille Ramdoyal, c’est tout simplement une petite entreprise où la tradition se perpétue de génération en génération. Notre équipe à EST PRESSE s’est arrêtée chez elle à Poste de Flacq dans le cadre de la préparation de la vidéo sur le DIVALI

Chez les Ramdoyal, il y a eu le grand père à Arsenal, le père, Satish, partit trop tôt, à Poste de Flacq et maintenant c’est le fils, Deepak qui a pris le relais pour diriger les affaires à Poorun Lane, Poste de Flacq. Au départ de son père, c’est sa maman qui lui a recommandé de prendre la responsabilité du business. Il est encore très jeune et étudiait au SSS Lekraz Teelock, mais accepte volontiers de diriger la barque tout en allant suivre des cours au MITD. Cela l’aidera puisqu’il apportera sa touche personnelle pour développer davantage le business artisanal de la famille. Aujourd’hui le fabricant des produits d’argile de Poste de Flacq se tient haut et fièrement comme l’un des plus gros dans le pays.

Pour le DIVALI, d’habitude, l’entreprise de la famille Ramdoyal fabrique et vend quelque 300,000 lampes la terre. Mais, avec la COVID et le lockdown qui sont passés par là, le chiffre a drastiquement diminué. Il en a fait à peine la moitié cette année. Mais, ce n’est pas pour autant qu’il ne peut continuer à soutenir l’équipe de son entreprise. Il compte en effet, moins d’une dizaine d’habitants de la région qui font preuve d’une loyauté impressionnante. 

Un véritable travail d’artiste avec la terre cuite

Il y a deux types de lampes qu’on peut s’en servir pour le DIVALI ; les gros la lampe et les Ti la lampe. Pour les fabriquer, il faut bien cette terre spéciale qui vient de Terre Rouge. Une fois que la terre débarque à Poste de Flacq, c’est un peu le travail du bon boulanger avec sa farine qui commence. On démarre par le tri pour garder la bonne terre et enlever les petites roches. Le rock sand est alors mélangé et on fait une pâte avec un peu d’eau. Ensuite, c’est la tour qui fonctionne. M. Ramdoyal prend cette pâte mélangée et joue de sa main sur la tour pour fabriquer les produits sur sa liste de commande : Ti La Lampe, Gros La Lampe, Kara, Kalsa, Chukiya, Lobanandani, Diyagurr, Pot Fleur, Pot, Gargoulette, Shivling, Hawan Koon et j’en passe. C’est l’artiste qui se met à l’ouvrage. Une fois qu’il a réussi son travail d’orfèvre, le produit est envoyé dans le four. C’est la cuisson. Sa maman, Sadanah, veille au grain et c’est elle qui s’en chargera pour s’assurer que le produit a été bien fait. Puis on le met à sécher naturellement avant de le placer dans des boîtes pour la livraison dans les commerces à travers l’île. 

Lampes et Rangoli font partie du décor

Ces lampes nous ramènent justement dans le temps des premières célébrations du DIVALI. Après les prières traditionnelles, ces lampes sont remplies d’huile ou de ghee communément appelée mantègue, à Maurice.  C’est un beurre clarifié qu’on y ajoute une mèche, faite de coton et qu’on allume, de préférence avec un bâton d’allumette. Dépendant du goût, pour ne pas dire de choix, les lampes sont aussi utilisées et sont souvent entourées avec du papier mousseline coloré à travers une structure carrée ou rectangulaire faite de bambous. Ceux qui suivent beaucoup les traditions ornent aussi leurs maisons avec le fameux Rangoli. Le Rangoli est un décor donnant des formes de fleurs. Le Rangoli fait avec du riz cru qui est passé sous teinte variée. Le Rangoli est placé devant la porte d’entrée de la maison. Une manière d’accueillir chaleureusement les invités à la fête. Dans la soirée, les friandises sont partagées aux voisins et proches. À table, ce sont les plats végétariens, les sucreries et les fruits qui sont consommés. Parce que DIVALI est vraiment une fête sacrée !

Latest Articles

FOOTBALL: Galtier, Sissoko, Dembélé… Les infos et rumeurs transferts du jour

Aujourd’hui, le mercato estival de l’intersaison bat son plein. Alors que Romelu Lukaku (29 ans, Chelsea) a officiellement rejoint l’Inter Milan en prêt...

ART: Mauritius Telecom favorise la promotion des artistes locaux au niveau international avec Spotify

L’initiative est plus que fort louable. Jamais, au grand jamais n’a-t-on vu une organisation se mettre côte à côte, serrer les...

COVID -19: Révision de la quarantaine en Chine

Pékin a réduit mardi de moitié la durée de la quarantaine obligatoire pour les voyageurs arrivant en Chine, ce qui constitue un...