Tuesday, August 9, 2022
Home Actualité EDUCATION: Des jeunes d’outre-mer vont partir en expédition maritime dans l’océan Indien

EDUCATION: Des jeunes d’outre-mer vont partir en expédition maritime dans l’océan Indien

Les 75 jeunes de « l’école Bleu Outremer » partent en expédition dans le sud de l’océan Indien sur le « Marion Dufresne ». | LUCIE PICHOT

Soixante-quinze jeunes embarquent, dès aujourd’hui, sur le Marion Dufresne II, pour une aventure scientifique inédite dans l’océan Indien. Imaginé par l’Ifremer et le ministère des Outre-mer, l’objectif de cette « école Bleu Outremer » est d’en faire « les ambassadeurs des enjeux océaniques de demain ».

Depuis La Réunion, cap vers les Îles Éparses, Madagascar et Mayotte : aux côtés des chercheurs et de l’équipage, soixante-quinze étudiants, jeunes scientifiques ou artistes, marins en devenir, embarquent sur le Marion Dufresne II, pour une aventure inédite dans le sud-ouest de l’océan Indien.

Du 28 juin au 22 juillet 2022, le navire mythique de la Flotte océanographique française se transforme « en une école flottante d’un genre nouveau », commente François Houllier, le PDG de l’Ifremer, l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer. L’objectif de cette « école Bleu Outremer » ? « Sensibiliser ces jeunes à l’importance des océans. »

Ils vivent à Mayotte, à La Réunion, dans les pays du bassin de l’océan Indien, ces « territoires sentinelles, particulièrement vulnérables aux grands changements globaux » qui « peuvent montrer la voie. » Pourtant, « ces jeunes ultramarins restent le dos trop tourné à la mer, explique Sophie Brocas, directrice générale des outre-mer. Ils ne considèrent pas suffisamment l’océan comme une richesse incomparable.

En créant des liens dans cette zone intertropicale, en leur permettant d’explorer ces mondes nouveaux, « ces soixante-quinze jeunes venus d’horizons différents deviendront les ambassadeurs des enjeux océaniques de demain », espère Rémy Rioux, directeur général de l’Agence française de développement, AFD, qui finance l’école Bleu Outremer. Il faut qu’on leur donne les moyens de changer la donne.

Pour les territoires ultramarins comme pour la France, l’océan Indien « c’est 97 % de la surface maritime nationale, un trésor de biodiversité avec 18 000 espèces endémiques, 10 % des coraux mondiaux, une promesse incroyable de connaissances, un réservoir d’avenir pour des emplois durables, les énergies renouvelables. »

« L’âme aventurière »

Sur le Marion Dufresne II se croiseront donc des disciplines différentes : l’océanologie biologique, l’océanographie physique, la volcanologie, la physique de l’atmosphère. « Avec des explorations inédites comme celle pour dater le mont sous-marin La Feuillée », détaille Matthieu Le Corre, directeur de l’UMR Écologie marine tropicale des océans Pacifique et Indien (Entropie) à l’université de La Réunion. « On va envoyer des caméras dans des endroits inaccessibles pour mesurer la pollution, la plastification des océans ayant des conséquences directes sur la biodiversité et les changements globaux. »

Le « Marion Dufresne » appareille à La Réunion en octobre 2020.

« Sortir des murs de l’université avec nos étudiants sera une expérience pédagogique extraordinaire »estime Emmanuel Corse, maître de conférences au Centre universitaire de formation et de recherche de Mayotte (CUFR). « Elle inspirera certainement notre manière d’enseigner de retour à Mayotte. »

À bord, les jeunes observeront, échangeront puis transmettront leurs témoignages et leur vécu. « J’ai l’âme d’une aventurière ! Mais je manque de connaissances sur la région dans laquelle s’ancre mon île, » sourit Mouyna Inzoudine du CUFR. « J’ai hâte de restituer cette formidable expérience à ma communauté. »

Même enthousiasme pour Magali Rocamora Solé, participante post-master de la Western Indian Ocean Science Association (WIOMSA) des Seychelles : « C’est une chance extraordinaire de mieux nous connaître, au niveau géographique mais aussi humain, pour nous les jeunes ultramarins, les Seychellois, les Mahorais, les Réunionnais, les Mauriciens, les Kényans. »

Le « Marion Dufresne » au mouillage à Glorieuses. | JORRY/IFREMER

Le parrain de l’école Bleu Outremer est, lui aussi, impatient : « Un bateau est une petite planète ! Encore plus le Marion Dufresne II , ce puits de sciences qui devient lieu de tous les possibles », lance le navigateur Roland Jourdain, fondateur du fonds Explore.

Latest Articles

CULTURE – La chanteuse et actrice Olivia Newton-John est décédée

Olivia Newton-Jones dans le film à succès "Grease". ©rv https://www.youtube.com/watch?v=0_hYBHyKk34&t=9s La chanteuse et actrice australienne,...

SPORT – PETANQUE: Le festival annuel du Conseil de District de Flacq couronné de succès

De 9h à 22h hier, une partie de la plage de Belle Mare était réservée au festival...

COVID- 19: A Agaléga, 107 résidents et 4 travailleurs indiens infectés

La pandémie sévit actuellement à Agaléga. LA nouvelle est que sur 146 tests effectués hier, pas moins de 107 résidents et 4...

SPORT – FOOTBALL: Premier League (J1) : Man City : Guardiola fait taire les détracteurs d’Haaland

Suite à l'excellente prestation d'Erling Haaland ce dimanche avec Manchester City, Pep Guardiola a eu une petite pensée pour les détracteurs de...