Tuesday, August 9, 2022
Home Actualité INTERVIEW - Ravi Dhaliah, PPS des circonscriptions 7 (Piton – Rivière du...

INTERVIEW – Ravi Dhaliah, PPS des circonscriptions 7 (Piton – Rivière du Rempart) et 9 (Flacq – Bon Accueil)

« La proximité avec les habitants est devenue une réalité et cela aide à comprendre et à résoudre plus facilement et plus rapidement les problèmes »

Pour notre première grande interview de cette nouvelle année, nous avons sollicité le Private Parliamentary Secretary des circonscriptions 7 (Piton – Rivière du Rempart) et 9 (Flacq – Bon Accueil), en l’occurrence M. Ravi Dhaliah qui a réagit positivement. Installé à ce poste de PPS après les dernières élections générales il y a une année déjà, M. Dhaliah mène son rôle et rempli ses fonctions avec sérieux et rigueur. Il ne veut laisser no stone unturned afin qu’au terme de son mandat, il a l’esprit tranquille. Dans l’entretien qui suit, le bilan de cet homme, ancien haut cadre du privé, qui assume aussi les fonctions de président du comité des PPS, les projets pour les villages des deux circonscriptions et un overview de la situation actuelle sont évoqués dans un langage simple, franc et direct. Optimiste de nature, M. Dhaliah qui ne tarit pas d’éloges pour le Premier ministre, Pravind Jugnauth, déclare sans ambages que « la proximité avec les habitants est devenue une réalité et cela aide à comprendre et à résoudre plus facilement et plus rapidement les problèmes ». Au bureau du CAB de Rivière du Rempart où nous l’avons rencontré mercredi dernier, il s’est attardé sur cette proximité, développée depuis son élection en compagnie du ministre de l’Agro-Industrie et de la Justice, Manish Gobin et Madame la ministre de l’Egalité des Genres, Kalpana Koonjoo-Shah, avec les habitants de Piton – Rivière du Rempart et Flacq – Bon Accueil. Interview.

M. Ravi Dhaliah, vous êtes le PPS des circonscriptions 7 et 9 depuis l’installation du gouvernement de Pravind Jugnauth. Cela fait plus d’une année donc que vous êtes en fonction. Pouvez-vous nous parler de votre bilan ?

Certainement et merci de me donner l’occasion de faire un tour d’horizon sur les réalisations du gouvernement dans les deux circonscriptions qui tombent sous ma responsabilité en tant que PPS. Comme je suis le président du comité des PPS, je me permettrai, de dire en toute humilité que non seulement le développement touche Piton – Rivière du Rempart et Flacq – Bon Accueil, soit les deux circonscriptions que j’occupe, mais toutes les régions du pays et Rodrigues. Le Premier ministre, en excellent leader, a donné des instructions fermes que chaque région du pays doit avoir les facilités et les infrastructures idéales pour alléger le fardeau de la population. Mon bilan ou plutôt le bilan du gouvernement dans les circonscriptions 7 et 9 sont très satisfaisant. Je pense pouvoir m’aventurer pour qualifier le bilan d’éloquent et même simplement d’extraordinaire.

Etes-vous vraiment sérieux ?

Evidemment que je le suis. Eloquent et extraordinaire dans tous les sens du terme et pour multiple raisons. D’abord, même si le pays a été frappé par la pandémie de la Covid -19, nous avons fait bouger les choses sous la supervision du Premier ministre. En dépit des contraintes budgétaires, du déficit des ressources, plusieurs projets ont bougé. Il y avait deux problèmes de drains à régler à Piton et à l’Amitié, un autre souci aigu à Cottage qui est pratiquement derrière nous, il fallait asphalter à nouveau des routes dans plusieurs villages surtout à Camp Ithier, Bassin Road, Rivière du Rempart, la finalisation des travaux de construction et d’aménagement d’un terrain de pétanque à Gokoola, un autre de Futsal à Rivière du Rempart, Cottage et Lallmatie. Enfin, la liste des réalisations est vraiment longue.

Cette responsabilité de PPS Council Chairman doit vous permettre de suivre d’autres régions également ?

Oui et c’est salutaire dans le sens que je peux mettre mon expérience de gestionnaire à contribution. (ndlr : M. Dhaliah était haut cadre à Shell pendant plusieurs années). Ce qui est intéressant avec le conseil des PPS c’est le dynamisme qui se dégage à chacune de nos réunions bimensuelles. Cette envie de travailler dur pour le pays nous anime tous, d’autant que l’encouragement et le soutien du Premier ministre sont sans équivoque.

Justement, quel est le rôle de ce comité de PPS que vous présidez, M. Dhaliah ?

Il a pour objectif de résoudre les problèmes communs des différentes circonscriptions du pays et à plusieurs niveaux. Asphaltage des routes, problèmes de fourniture d’eau potable, d’électricité, d’éclairer des routes, les problèmes au niveau des infrastructures sportives.

Vous avez l’air d’être très satisfait du travail de ce comité. N’est-ce pas ?

Effectivement. Je le suis amplement. Mais, ce qui me fascine davantage, c’est qu’au niveau des Citizens Advice Bureau (CAB) de Rivière du Rempart, Piton, Lallmatie et Centre de Flacq, nous avons pu rétablir la confiance ou plutôt nous avons pu redonner confiance au public. La preuve, c’est qu’il y a plusieurs personnes qui viennent nous voir pour nous exposer les problèmes, vu qu’ils savent que nous sommes result oriented. Nous avons plus de 300 doléances par mois dans certain CAB et la plupart est rapidement réglée. De plus je reçois les habitants à Rivière du Rempart et Piton les mardis et les vendredis, et Centre de Flacq les mercredis. La proximité avec les habitants est devenue une réalité et cela aide à comprendre et à résoudre plus facilement et plus rapidement les problèmes. Ils savent que les CAB les appartiennent et à ce titre, s’expriment avec aisance pour expliquer leur souci. J’ai développé comme devise : Meet your PPS to help solve your problem.

Y-a-t-il des réalisations qui vous ont vraiment émerveillé ?

Oui. Cette distribution de fauteuil roulant aux personnes à mobilité réduite. Il n’y a pas plus exaltant de voir ces personnes pouvoir bouger maintenant. Avant, il y avait une longue liste d’attente, alors qu’aujourd’hui cette liste n’existe plus. Toutes les personnes méritantes ont obtenu leur fauteuil roulant. Comme vous le savez, le Premier ministre a parmi ses plans préférentiels d’aider les plus nécessiteux et c’est bien dans cette optique que les fauteuils roulants ont été distribués.

Comme quoi avant, les choses ne bougeaient pas dans la bonne direction. L’affirmez-vous ?

Non. Je n’affirmerai pas cela. En fait, les institutions étaient toujours là, mais le travail ne se faisait pas comme souhaité.  Or, maintenant il y a plus de rigueur, plus de dynamisme. Mes collegues ministres Manish Gobin et Mme. Kalpana Koonjoo-Shah s’impliquent autant que moi pour faire bouger les choses au Numéro 7. Je fais équipe avec lui pour que les habitants de notre circonscription aient le maximum de satisfaction. Idem pour la circonscription numéro 9 avec le coup de pouce inestimable des ministres Deepak Balgobin et Sudheer Maudhoo de même que notre collègue parlementaire Vikash Nuckcheddy. Au numéro 7 comme au numéro 9 donc, c’est une équipe homogène que nous faisons avec les Présidents des Conseils de District et leurs conseillers aussi bien que les Village Councilors, qui dans la grande majorité, sont avec le gouvernement que dirige Pravind Jugnauth.

« Un gros travail a été fait sous les Premierministership de Pravind Jugnauth pour combattre la pandémie de la Covid -19. Remermercions le bon Dieu, croisons les doigts, exprimons nos gratitudes envers cette équipe qui a travaillé matin, midi et soir pour  que nous soyons aujourd’hui COVID SAFE »

Nous constatons qu’il y a plusieurs jeunes élus au niveau des Conseils des villages et de district. Est-ce facile de travailler avec eux ?

Ecoutez, le gouvernement dans son ensemble est jeune. Le courant passe à tous les niveaux, que ce soit au niveau du Conseil de district de Rivière du Rempart, de Pamplemousses et de Flacq. Les jeunes élus sont compétents et ont des idées jeunes aussi. Cela aide énormément. Il y a cet élément de nouvelle énergie qui se dégage dans chaque village où la vision est surtout de travailler ensemble dans la même direction. Les Townhall Sessions que nous tenons démontrent qu’une synergie se dégage vraiment en faveur du développement des villages, donc des villageois.

Et si nous parlions de vos déceptions ?

Il n’y en a pas eu beaucoup fort heureusement. La première c’est que le pays a été frappé par la COVID -19. On pensait que le pays était à l’abri, mais malheureusement le virus nous a frappé à un moment où toutes les mesures de protections étaient prises par le gouvernement. Si le Patient Zéro n’était pas passé par là, nous aurions été sans doute COVID FREE comme Rodrigues. Un gros travail a été fait sous les Premierministership de Pravind Jugnauth pour combattre la pandémie de la Covid -19. Remermercions le bon Dieu, croisons les doigts, exprimons nos gratitudes envers cette équipe qui a travaillé matin, midi et soir pour  que nous soyons aujourd’hui COVID SAFE. Ensuite, l’autre déception, ce sont les trous laissés par la CWA après les travaux de fouilles sur les routes. Nous mettons la pression, mais souvent le retard devient inévitable. Je reconnais que perpétuellement, le ministre des Utilités Publiques et ses officiers maintiennent eux aussi, la pression, mais il y a des facteurs qui sont hors de notre contrôle. De ce fait, il y a un retard pour régler le problème.

Et les projets futurs ? Parlons-en si vous le voulez bien M. Dhaliah.

En fait, on ne peut parler de projets futurs sans évoquer ceux qui ont démarré l’année dernière dans un contexte vraiment difficile avec cette maudite pandémie. Au niveau du Numéro 9, il y a les travaux à ce fameux Pink Pigeon Road, Queen victoria Road, à Résidence Hibiscus, à Poste de Flacq. Nous avons déjà complété les travaux concernant le nettoyage des rivières à Flacq. Les drains aussi ont été nettoyés. Le projet majeur de construction de drain à Poste de Flacq est également en cours. Je souhaite qu’avec le concours des habitants de Saint Rémy, nous puissions trouver une solution adéquate à leur problème pour qu’ils cessent de souffrir lorsqu’il y a des grosses averses. Ensuite, il y a ces projets d’éclairage des terrains de foot.

« Le problème d’insalubrité nous concerne tous et c’est bien nous-mêmes qui devons le régler. C’est un problème de comportement »

Tout cela coûte quand même une grosse somme. Avec la pandémie, le ralentissement des affaires, l’économie qui n’est pas au beau fixe.Comment allez-vous faire pour financer tous ces projets ?

Il y a le COVID FUND PROJECTS qui nous aidera. La NDU aussi a des projets à Lallmatie, Centre de Flacq, Boulet Rouge, Brisée Verdière, Belvédère, Petite Retraite, Saint Julien, Pont Bon Dieu Road. Nous avons les finances pour terminer les travaux et pour en faire des nouveaux.

Vous avez, plus tôt, évoqué le nettoyage des rivières. Nous dirons volontiers que c’est très bien, mais ne craignez-vous pas que la propreté de ces rivières ne soit que de courte durée ?

Oui. J’ai cette crainte moi aussi. Le problème d’insalubrité nous concerne tous et c’est bien nous-mêmes qui devons le régler. C’est un problème de comportement. On jette tout partout et même dans les rivières. C’est honteux de voir l’état de ces rivières, de nos routes dans certaines régions. Nous ne réalisons pas le mal que nous faisons à l’environnement, à la nature. La pandémie est une leçon de vie, de comportement. Nous ne tirons hélas pas assez de leçon de cette pandémie. Les ordures partout c’est une honte pour le pays. Il faut dégager une philosophie de propreté, comment garder notre localité aussi propre que notre maison. La route, les rivières, la mer ne sont pas des poubelles. Utilisons les poubelles si nous voulons d’un environnement propre, d’une localité propre et d’un pays propre.  Les poubelles sont distribuées gratuitement partout mais il y a toujours certains qui font la confusion entre routes et poubelles. Et tout le monde sait que les routes ne sont pas des poubelles.

L’autre problème auquel les villages font face reste le fléau de la drogue. Est-ce que cela vous interpelle M. Dhaliah?

Et comment. C’est un combat que nous devons tous mener. Nous ne pouvons laisser les jeunes mourir. Il faut un grand réveil dans notre pays, il faut que nous combattons la drogue sur tous les fronts. Il faut une collaboration étroite avec la police. Le problème de la drogue nous concerne tous et si nous restons les bras croisés, c’est la jeunesse que nous laisserons dans les cimetières. Pour vous dire, aux numéros 7 et 9, nous monterons des comités pour aider à combattre ce fléau. Nous encouragerons davantage la pratique du sport et avec les instances appropriées nous organiserons des tournois, des compétitions sportives. Le combat de la drogue est aussi celui de notre Premier ministre et il est de notre devoir d’apporter notre pierre à l’édifice. Maurice mérite mieux que d’être traité de pays de la région où la drogue fait ravage. Tous, retroussons les manches pour donner un coup de main à notre jeunesse, à notre pays. C’est non seulement un devoir mais notre responsabilité. Il nous faut aller davantage vers le sport. Je veux bien dire à cette jeunesse ceci : choisissons le paradis au lieu de l’enfer.

Quel sera votre dernier mot pour conclure cette interview ?

Je serais heureux de voir le peuple à Maurice de faire une prise de conscience, un exercice de remise en question de notre comportement au quotidien, de s’unir, de se montrer encore plus solidaire, plus discipliné, plus soudé et de se mettre derrière le Premier ministre pour l’encourager, le soutenir et le motiver encore dans ses actions. Il a mis en place le mind set, pris des mesures pour faire face à la situation économique difficile. Déjà, pour la Noël, le Nouvel an et le Sankranti, nous avons pu nous réunir en famille, avec les amis pour célébrer alors qu’ailleurs, c’est le confinement, encore le confinement, toujours le confinement malheureusement. En dernier lieu, je dirai merci de nous avoir donné un premier ministre comme Pravind Jugnauth. Il aime son pays et son peuple. Je souhaite qu’il dirige notre pays le plus longtemps possible. A tous les habitants des circonscriptions 7 et 9, au nom de Mme. Kalpana Koonjoo-Shah, M. Manish Gobin, M. Deepak Balgobin, M. Sudheer Maudhoo et M. Vikash Nuckcheddy, je souhaite une année remplie de bonheur et de prospérité et finalement,qu’avec l’aide de Dieu, la pandémie soit derrière nous. Prions tous pour que notre pays remonte la pente rapidement. Travaillons dans ce sens ensemble avec le Premier ministre.

Stellio Antonio

Latest Articles

SPORT – PETANQUE: Le festival annuel du Conseil de District de Flacq couronné de succès

De 9h à 22h hier, une partie de la plage de Belle Mare était réservée au festival...

COVID- 19: A Agaléga, 107 résidents et 4 travailleurs indiens infectés

La pandémie sévit actuellement à Agaléga. LA nouvelle est que sur 146 tests effectués hier, pas moins de 107 résidents et 4...

SPORT – FOOTBALL: Premier League (J1) : Man City : Guardiola fait taire les détracteurs d’Haaland

Suite à l'excellente prestation d'Erling Haaland ce dimanche avec Manchester City, Pep Guardiola a eu une petite pensée pour les détracteurs de...

INFORMATIQUE: ELCA fête ses 4 ans avec l’inauguration des nouveaux bureaux à Vivea Business Park

https://fb.watch/eLdl6sUEAW/ ELCA. Voilà un nom qui est peut-être inconnu pour nombre de mauriciens. Mais, cette Compagnie qui excelle dans...