Tuesday, January 18, 2022
Home Actualité SANTÉ : Un vaccin robuste testé aux USA. Des résultats prometteurs obtenus

SANTÉ : Un vaccin robuste testé aux USA. Des résultats prometteurs obtenus

La guerre des vaccins continue. Américains et britannique sont à la lutte pour vaincre le coronavirus. Chacun veut que sont vaccin soit le plus efficace. 

A ce jour, c’est le vaccin développé par la société de biotechnologie américaine Moderna en partenariat avec les instituts nationaux de santé (NIH) qui démontre une réponse immunitaire «robuste» et empêche la réplication du virus dans les poumons et le nez des singes, selon des résultats publiés ce matin.

C’est l’un des deux vaccins occidentaux, avec celui de l’Université d’Oxford et d’AstraZeneca, à avoir commencé des essais à grande échelle, sur des milliers de participants humains, dits de phase 3. Le gouvernement de Donald Trump a investi près d’un milliard de dollars pour soutenir son développement.

Sept des huit singes vaccinés dans cette étude, puis exposés délibérément au coronavirus quatre semaines plus tard, n’avaient plus de virus en réplication détectable dans les poumons deux jours plus tard. De plus, pas un seul des huit primates n’avait de virus dans le nez, selon les résultats publiés par la revue médicale New England Journal of Medicine.

Les scientifiques avaient auparavant constaté que la vaccination, en deux doses séparées de 28 jours, provoquait la production non seulement d’anticorps contre le coronavirus, mais également de lymphocytes T indispensables à la réponse immunitaire.

«C’est la première fois qu’un vaccin expérimental contre la COVID-19 testé sur des primates non humains démontre sa capacité à produire un contrôle viral rapide dans les voies respiratoires supérieures», se sont félicités les NIH dans un communiqué.

Les scientifiques notent par comparaison, que le vaccin d’Oxford (fondé sur un adénovirus, alors que celui de Moderna utilise la technologie de l’ARN messager) n’avait pas montré d’effet sur les quantités de virus dans le nez des singes.

Réduire la quantité de virus dans les poumons rendrait la maladie moins virulente chez le patient, tandis que la réduction dans le nez, devrait faire qu’une personne propage moins le virus autour d’elle.

Mais seuls les essais de phase 3, en cours, permettront de vérifier si l’un ou l’autre des vaccins protège les humains. On comparera le taux de contaminations chez les volontaires ayant reçu un placebo à ceux ayant été vraiment vaccinés. Des résultats sont possibles à partir de septembre pour le vaccin Oxford/AstraZeneca, selon le patron du laboratoire, et peut-être à partir d’octobre ou de novembre pour l’américain, selon le patron de Moderna.

Latest Articles

TELEPHONIE : Mauritius Telecom offre un nouveau souffle aux PME à travers une panoplie de produits

Nous ne cesserons de le répéter : en matière d’innovation et de créativité, Mauritius Telecom devance de loin ses concurrents dans le paysage...

COVID -19 : Sa femme décédée il y a une semaine, un habitant de Sainte Croix a rendu l’âme hier

Triste période pour une famille de Sainte Croix. C’est le cas de la dire. Car, une semaine après...

COVID -19 : Un nourrisson de trois semaines a rendu l’ame au Qatar

Au Qatar, un nourrisson de trois semaines est décédé au Qatar des conséquences d’une «infection grave» due à...

COVID -19 : Covid-19. Des cas d’Omicron détectés près de Macao, les commerces baissent le rideau

La ville de Zhuhai, dans le sud-est de la Chine près de Macao a détecté au moins sept cas de contaminations au...