Thursday, May 19, 2022
Home Agriculture Retour à la terre : le “trend” dans l’Est

Retour à la terre : le “trend” dans l’Est

L’Est est une région connue pour ses champs de cannes, de légumes et de fleurs. Mais, avec les morcellements qui ont poussé comme des champignons durant ces dernières années, plusieurs de ces terres agricoles ont disparues.  Toutefois, depuis l’éclatement de la pandémie COVID -19, nous assistons à un retour à la terre. Les familles, en grand nombre, dans plusieurs villages de l’Est ont confectionné une partie de leur gazon en…potager. Mais, ils sont nombreux les habitants qui rencontraient des problèmes pour trouver des semences. Celles-ci ont disparues des étagères de commerces engagées dans le domaine. Un gros importateur de semences précisait à notre équipe que la pénurie est réelle, puisque les importations tardent à arriver. 

Fort heureusement pour les habitants, il y a quelques nouveaux vendeurs légumes et autres fines herbes qui vendent des légumes comme jeunes pousses prêtes à mettre en terre. Justement, à Centre de Flacq, plus précisément dans le tournant de Sainte Anne, non loin de Plaine des Gersigny à Centre de Flacq, nous avons rencontré un couple, M et Mme Mungroo. Depuis la fin du mois d’avril, ces deux habitants de la région qui cultivent des raves, des giraumons, des calebasses et des haricots qu’ils écoulent sur place dans une bicoque, se sont embarqués dans la vente des plantes de légumes et des fines herbes. 

« C’est le business d’une de nos deux filles. Elle a une serre à Camp de Masque Pavé. Mon épouse, Tilotama et moi-même, nous avons pris la responsabilité de vendre ses plantes. Je peux vous dire que ça marche, puisque nous constatons qu’il y a beaucoup de familles qui s’intéressent de plus prêts à la terre. Kuma dir bon kitsoz ki corona finn fer se ki li finne amenn dimun pran konsyans ki bizin plant pu kapav gagne manzer san pas par bann manyer dominer ki ena marsan finn fer pandan konfinma » explique M. Phoolchund Mangroo.

Chez le couple Mangroo, il y a deux catégories de plants en vente et deux prix. En fait, les prix défient toute concurrence Elle varie de Rs 5.00 à Rs 10.00.

Pour Rs 5.00 vous pouvez vous procurer des plants de pomme d’amour, de piment, de Tom Pouce et de Lalo alors que pour Rs 10.00 vous repartirez avec 4 plants. Dans cette catégorie de prix/nombre, il y a le basilic, la menthe, le chou, le chou-fleur, la betterave, l’échalote et les oignons. Pour ceux qui achètent en grand nombre, le prix est retravaillé.  L’avantage chez ce couple, c’est qu’il connaît la culture des légumes. Donc, lorsqu’un client vient acheter des plants, M. Mangroo ou son épouse sont en mesure de prodiguer quelques petits conseils. Au moment où nous étions chez eux, il y avait trois personnes, dont un qui voulait savoir comment faire pour mettre des plants de choux en terre. « Il faut nettoyer là où vous planterez Creusez une petite fosse et mettez un peu de phosphate pre ene semen mett ene ti pe amonyak. Enswit, fodre pa blyer aroz de fwa par zur ek pa les move lerb domin u potaze ». Le conseil est donné. Le client rentre chez lui, tout heureux d’avoir appris bien des choses en si peu de temps. Pour quelque part, devenir autosuffisant. Qui dit mieux !

Latest Articles

Carburants : On paie plus cher pour le diesel (Rs 54.55 le litre) et l’essence (Rs 74.10 le litre) depuis ce matin

La State Trading Corporation a rendu officiel les nouveaux prix qu’on paie pour les carburants depuis ce matin. On paie 10% plus...

À 112 ans, un Vénézuélien devient l’homme le plus vieux du monde

Un agriculteur vénézuélien de 112 ans, Juan Vincente Pérez, est désormais l'homme le plus vieux du monde après le décès d'un Espagnol,...

COVID -19: Chine: Shanghai atteint l’objectif «sociétal zéro Covid»

Pour le troisième jour consécutif, les infections communautaires sont restées à zéro à Shanghai, une étape importante sur la voie du déconfinement. Même...