Saturday, December 4, 2021
Home Santé Dr Shamira Pem Boodhna : « La femme mauricienne doit modifier carrément...

Dr Shamira Pem Boodhna : « La femme mauricienne doit modifier carrément son train de vie »

La journée internationale de la femme, célébrée le dimanche 8 mars 2020, est aussi une occasion à saisir pour se pencher sur ce que doit faire la femme mauricienne pour mieux vivre. A cet effet, EST PRESSE a sollicité un jeune médecin, en la personne de la doctoresse  Shamira Pem Boodhna, généraliste mais qui ne devrait pas tarder à être reconnu pour exercer comme spécialiste en pédiatrie. Affecté à l’hôpital de Flacq, ce professionnel de la médecine, fille de Flacq, vivant aujourd’hui dans les Plaines Wilhems, souhaite bien voir les femmes mener une vie saine, heureuse et jouir d’une bonne santé. Mais, elle reconnaît, avec raison d’ailleurs, que, pour y parvenir, les obstacles à franchir, sont nombreux à une époque où tout roule à une vitesse infernale. « La femme mauricienne doit modifier carrément son train de vie » nous dit la doctoresse dans l’interview qui suit.

Dr Shamira Pem-Boodhna, quel regard jetez-vous sur l’état de santé de la femme mauricienne ?

Je serais franche. Loin d’être fataliste, je vous direz que l’état de santé de la femme mauricienne n’est pas de tout repos. La femme mauricienne a tout intérêt à se ressaisir lorsqu’on parle de sa santé. Je vois les problèmes en hausse. Trop active au niveau du travail, la femme néglige sa santé. Pas assez de temps pour elle-même, pas assez de temps pour la famille, pas assez de temps pour des exercices au quotidien, aller tard au lit et se réveiller trop tôt. Elle mange et boit mal. Bref, c’est une situation qui mérite rectification rapidement.

Est-ce une situation qui engendre des problèmes de santé ?

Oh, malheureusement. Oui ! Le stress prend place au quotidien. La fatigue devient de plus en plus insoutenable. La souffrance se fait sentir et souvent le corps ne peut tenir. Entrent alors les maladies.

Quelle est selon vous la maladie la plus commune chez la femme mauricienne ?

Ecoutez, la femme mauricienne se situe parmi celle qui souffre de plusieurs maladies, mais je présume que selon les recherches et les statistiques, le cancer domine largement. Lorsque je parle du cancer, c’est le cancer du sein, de l’ovaire, de l’utérus, le colorectal et puis à un degré de moindre le cancer du poumon. La situation est préoccupante. Mais, à l’hôpital, tous ceux concernés par les femmes souffrantes de ces ennuis de santé ne s’épargnent aucune peine pour les aider, les soigner et les soutenir. L’écoute est tout aussi très importante. Mais, le cancer reste un problème mondial. Il n’y a pas qu’à Maurice que les femmes souffrent du cancer de sein, de l’utérus ou de l’ovaire.

Peut-on avoir la tranche d’âge de ces femmes qui souffrent du cancer ?

Selon les statistiques disponibles, les femmes à risque sont âgées entre 25 et 60 ans. Les recherches ont prouvé qu’entre 25 et 60 ans, ce sont les années productives, donc pas modifiable. Souvent le problème de cancer est d’ordre génétique, hormonal.

Et si nous parlions des facteurs modifiants docteur?

Le train de vie, le recours aux exercices physiques quotidiens, la nutrition. La femme mauricienne doit modifier carrément son train de vie. Il nous faut 30 minutes de marche par jour. La natation est aussi un bon exercice comme le yoga, le zumba et j’en passe. La consommation des fruits et légumes sur une base régulière est tout aussi très importante. L’obésité contribue à l’émergence du cancer, les problèmes cardio-vasculaires. Il faut donc veiller à son poids, sa ligne, sans pour autant devenir anorexique. L’obésité débalance l’hormone chez la femme. Il y aussi le contraceptif, la radiation, le CT Scan qui ont un lien avec le cancer. Evidemment si on fait trop de X-Ray ou de CT Scan, c’est un problème. Les médecins, face à leurs patients, doivent utiliser le clinical skills pour ne pas les mettre dans des situations compliquées.  Parlant de facteurs modifiants, je dirais aussi que la femme se doit de faire bien attention à la consommation du sel comme celle de l’alcool ou encore, je demanderai non seulement aux femmes, mais à tout le monde de ne pas se laisser tenter par la cigarette. Maintenant, si d’aventure vous fumez, faites l’effort de cesser une fois pour toutes. Le stress est aussi un facteur que nous pouvons modifier. Il faut trouver du temps pour se détendre.

Que doit-on faire pour que la souffrance des femmes au niveau santé diminue ?

Il nous faut des campagnes médiatiques pour éduquer les femmes. Sur le lieu de travail, l’idéal serait d’avoir un coin pour faire des exercices. Evidemment, si l’employeur peut aménager une Gym ce serait idéal. Personnellement, si demain j’ai à payer pour un coin sur mon lieu de travail où je pourrai faire des exercices, du yoga, du tai chi, je le ferai. Nous ne pouvons travailler sans cesse sans pouvoir se détendre.

Et quid de la nourriture que nous consommons ?

Fast Food. Il faut y mettre une croix. Le fast food est à la portée de tout le monde. On ne mange plus sainement. Il faut revoir notre habitude alimentaire et penser plus à une bonne hygiène de vie. Tiens, j’ai oublié de vous dire combien c’est important que les mamans allaitent leur bébé. Non seulement l’allaitement diminue les risques de cancers, surtout du sein, il contribue au bonding entre la maman et son bébé et amène le kangooroo care comme on dit dans le jargon et fait le eye to eye contact. Ce qui est positif pour la relation entre mère et bébé.

Quel est votre rêve pour la femme mauricienne ?

Je rêve de voir la femme Mauricienne indépendante et vivre une vie où il y a un partage équitable de responsabilité chez elle. Je rêve de voir la femme mauricienne en mesure de mener une vie heureuse, de se soucier pour sa forme physique, de ce qu’elle consomme comme nourriture, de ne pas vivre que pour travailler, mais vivre pour sa famille aussi. Nous pensons trop à notre carrière et nous délaissons notre vie familiale. Ce qui provoque alors des difficultés pour gérer nos responsabilités en tant que femme et mère.

Dernière question. Le monde vit actuellement des moments sombres avec le COVID-19. Avez-vous peur et que devons-nous faire ?

Oui. J’ai peur pour mon pays parce que la population n’est pas préparée. L’heure est grave et je souhaite que la population ne se laisse pas paniquer. Si jamais, la pandémie touche notre pays, il ne faudrait pas que pour un simple ennui de santé, on débarque au dispensaire ou à l’hôpital. La propreté à la maison et dans son lieu de travail, le port des masques, se laver les mains régulièrement sont les habitudes à adopter. Eviter la foule. Bref, il y a pas mal de petites choses qu’on doit éviter de faire ou encore qu’on doit faire. Enfin, prions pour que la pandémie n’arrive pas jusqu’à nous. 

Latest Articles

COVID -19 : Omicron risque de devenir majoritaire en Europe…

Le variant Omicron risque de devenir majoritaire en Europe d’ici «les prochains mois» si les premières tendances se confirment, a estimé jeudi...

PREMIER LEAGUE : Premier League (J14) : Ronaldo et United douchent Arsenal

Encore étincelant, Cristiano Ronaldo a sorti Manchester United d'un mauvais pas ce jeudi en Premier League contre Arsenal (3-2), avec un doublé...

COVID -19 : Des réinfections possibles avec Omicron

Les anticorps issus d’une première infection à la COVID-19 n’empêchent pas une d’attraper à nouveau la maladie avec...