Thursday, May 19, 2022
Home Actualité Sir Anerood Jugnauth QC : Les grands moments d’une brillante carrière d’un...

Sir Anerood Jugnauth QC : Les grands moments d’une brillante carrière d’un monument

Sa date de naissance : 29 mars 1930

Son lieu de naissance : Palma, Quatre Bornes

Ses parents : Ramlochun et Someetra Jugnauth. Sa maman est une demoiselle Ramnath et le couple s’adonnait à la culture de la canne à sucre et une fois l’âge de raison atteint, Sir Anerood Jugnauth prenait sa serpe pour aller faire la coupe. Il aidait aussi ses parents dans l’élevage de bovins, de caprins et d’oiseaux de basse-cour dans la cour où la famille habitait.

Son enfance : Très dure surtout qu’il faisait partie des enfants pauvres de sa localité. C’est son oncle, enseignant de profession qui le suivait et qui convaincra son père à lui faire admettre au Regent College, un nouveau collège de la région pour qu’il poursuive ses études secondaires. Sir Anerood était assez turbulent et il a souvent rappelait que son père le guidait avec un bon rotin. Mais lorsqu’il regarde dans le rétroviseur, il peut lui aussi, fredonner le Piaf, Non Je Ne Regrette Rien.

Sa scolarité : Primaire au Church of England Mission, à Palma et secondaire au Regent College

Ses études universitaires : Le Droit à Lincoln Inns, en Grande Bretagne. Quatre ans plus tard, il prêtera serment comme avocat.

Sa vie conjugale : Le 18 décembre 1957, il convole en justes noces avec Sarojini, née Ballah, connu comme Louloune, pour les intimes et aujourd’hui Lady. De leur union est né deux enfants, Pravind, le Premier ministre actuel, marié à Kobita Ramdanee et Shalini, mariée au Dr Krishan Malhotra. SAJ et Lady Sarojini qui sont l’exemple même du couple uni, fidèle et sincère pour ne pas dire parfait, ont 5 petits-enfants, cinq filles : Anusha, Divya (les filles de leur fille et le Dr Malhotra), Sonika, Sonali et Sara, les trois filles de leur fils et de Kobita.

Amoureux du football, Sir Anerood Jugnauth aimait bien l’équipe de la Fire Brigade sur le plan local et a toujours été un fervent supporteur du Manchester United en Angleterre.

Sa vie politique : Une mission riche, bien remplie et accomplie

Après un parcours qui aura démarré en 1963 au sein de l’Independent Forward Block des frères Bissoondoyal, très populaire dans l’Est, Sir Anerood Jugnauth assumera les fonctions de ministre du développement en 1965. Fort de sa formation légale, il seranommé ministre du Travail en 1967 après sa première élection au Conseil législatif en 1967 où il devança Aunauth Beejadhur qui un peu plus tard sera nommé à la tête de la Banque de Maurice. Après ce coup d’essai qui fut un coup de maître, Sir Anerood Jugnauth se rapprochera du All Mauritius Hindu Congress de Premchand Dabee. Il faut rappeler qu’il avait accompagné Sir Seewoosagur Ramgoolam et Sir Harold Walter entre autres à la Conférence Constitutionnelle de Londres en 1965. Quelques années après l’accession de Maurice à l’indépendance et la coalition entre le PTR, le Comité d’Action Musulman, il rejoindra le Mouvement Militant Mauricien avec Paul Bérenger qui voyait déjà en lui un futur chef d’Etat. Elu en troisième position lors des élections générales de 1976 dans la circonscription No. 7, Piton – Rivière du Rempart, il sera pour la toute première fois appelé à occuper le poste de Leader de l’Opposition, fonction qu’il assumera une seule fois de sa longue vie de politicien. En 1982, c’est un tournant dans sa carrière politique qui survient avec la défaite, un 60 – 0 sans appel qu’il inflige à l’Alliance dirigé par Sir Seewoosagur Ramgoolam avec la complicité du PSM d’un certain Harish Boodhoo.

Architecte du miracle économique

Une année passera avant que Sir Anerood Jugnauth n’abandonne Paul Bérenger et d’autres Kamarads du MMM pour lancer sa propre formation politique, le Mouvement Socialiste Mauricien. Il occupera les hautes fonctions de Premier ministre pendant 13 années de suite. Une période où il réussira avec brio à remettre le pays sur les rails non sans avoir eu le soutien indéfectible du PMSD de Sir Gaëtan Duval QC, le Parti Travailliste et Vishnu Lutchmeenaraidoo entre autres. Ce qualificatif : Architecte du miracle économique, il le mérite amplement pour avoir pu sortir le pays d’un marasme économique sans précédent si ce n’est l’ultra lourd héritage laissé par Sir Seewoosagur Ramgoolam et consorts du Parti Travailliste. Sir Anerood Jugnauth connaîtra lui aussi une traversée du désert de la période marquant la fin de son mandat en 1995 jusqu’à 2005 avant qu’il ne se retrouve une fois encore à la tête du pays. Il y restera pendant trois ans avant de créer l’exploit en devenant le seul leader à offrir le poste de Premier ministre sur un plateau à Paul Bérenger, représentant de la population générale pendant deux ans à la faveur d’un accord à l`lsraélienne conclut en marge des élections de 2005.

Elections de 2014 : Une victoire personnelle

On ne le dira jamais assez : SAJ a fait de cette période le pays avoir le meilleur gouvernement de tous les temps depuis l’indépendance. Il sera par la suite nommé Président de la République et y restera jusqu’en 2014 lorsque selon ses mots « trahi par Paul Bérenger » avec qui il voulait bien conclure une alliance pour affronter le Dr Navin Ramgoolam et sa troupe du Parti Travailliste. Il finira par avoir deux alliés, considérés alors comme négligeable en le PMSD de Xavier-Luc Duval et le tout nouveau Mouvement Libérateur de Ivan Collendaveloo démissionnaire du MMM. Son alliance portant le nom atypique de l’Alliance Lepep ne laissera aucune chance à celle scellée entre le Parti Travailliste et le MMM. C’est sa victoire personnelle. Il occupera les fonctions de Premier ministre une nouvelle fois mais que pendant trois ans, après quoi, plus exactement, le 23 janvier 2017, il prendra le poste inédit de Ministre Mentor et laissera le soin à son fils de compléter les deux ans. Ce sera ainsi sa retraite politique mais il donnera un coup de main à la campagne électorale de 2019 que son fils enlèvera haut la main pour devenir Premier ministre. L’essentiel était alors réalisé et il prit définitivement sa retraite politique. Il s’est éteint en fin d’après-midi du 3 juin 2021 non sans avoir partagé des conversations avec ses proches dont son épouse dans la matinée. Son départ vers le très haut marque la fin d’une belle aventure d’un véritable monument. Celui qui compte parmi les derniers des Mohicans de cette génération de politiciens ayant marqués de belle manière l’histoire de l’île Maurice indépendante.

L’EST avait une place de choix dans la vie de SAJ

Dans le cœur de Sir Anerood Jugnauth, l’Est a toujours eu une place de choix. Il comptait des proches et des amis aussi dans la région. Beaucoup même et se plaisir d’y venir en compagnie de son Lady. Parmi ceux qu’il fréquentait, il y avait la famille Juggoo, dont l’actuel président du Conseil de District de Flacq, la famille Balgobin, surtout le père du ministre Deepak Balgobin et Vikash Nuckheddy, dont on dit que le début de la carrière politique est semblable à celui de Sir Anerood Jugnauth.  Les Juggoo faisaient surtout Sir Anerood Jugnauth passer du bon temps à la plage, autour d’une partie de domino ou d’un plan de curry poisson, salade de concombre et des bons farathas fait maison. Alors qu’avec le père de Deepak Balgobin, il évoquait toujours les bons souvenirs et finalement avec Vikash Nuckheddy, il a souvent parlé de politique et de ce souhait de le voir s’engager avec le MSM en compagnie de Deepak Balgobin. Il faut d’ailleurs dire que Sir Anerood Jugnauth avait donné sa bénédiction à Vikash Nuckcheddy dans la partielle du No. 7 pour mater le colosse Anil Baichoo. Il faut reconnaître que c’est très rarement que Sir Anerood ne répondait pas présent dans des fonctions socio culturelles ou socio religieuse dans l’Est. C’est vrai, l’Est avait une place de choix dans sa vie.

Les Chagos : Sa plus grande victoire

Au début de 2017, à l’âge de 47 ans, Sir Anerood Jugnauth QC reprendra sa robe d’avocat pour se rendre à l’Assemblée générale des Nations Unies pour rechercher un vote de résolution dans le but d’obtenir un avis consultatif à la Cour internationale de Justice. Des mains de maîtres, il fera de ses arguments dans son exposé et sa plaidoirie une démonstration de ses connaissances d’histoire et de loi. Au final, la véritable raclée qu’il infligera aux américains et aux britanniques demeurera historique : 94 pour et 15 contre.

STELLIO ANTONIO

Latest Articles

Carburants : On paie plus cher pour le diesel (Rs 54.55 le litre) et l’essence (Rs 74.10 le litre) depuis ce matin

La State Trading Corporation a rendu officiel les nouveaux prix qu’on paie pour les carburants depuis ce matin. On paie 10% plus...

À 112 ans, un Vénézuélien devient l’homme le plus vieux du monde

Un agriculteur vénézuélien de 112 ans, Juan Vincente Pérez, est désormais l'homme le plus vieux du monde après le décès d'un Espagnol,...

COVID -19: Chine: Shanghai atteint l’objectif «sociétal zéro Covid»

Pour le troisième jour consécutif, les infections communautaires sont restées à zéro à Shanghai, une étape importante sur la voie du déconfinement. Même...