Wednesday, October 5, 2022
Home Reflexion EDITO : Black Friday : Arrêtons le massacre annoncé!

EDITO : Black Friday : Arrêtons le massacre annoncé!

Nous avons hélas, souvent tendance, pour ne pas dire cette mauvaise, vilaine habitude à copier – coller ce que les autres font ailleurs. On veut toujours imiter et non inventer, ni créer. Pourtant parmi nos agences de communications ou de publicités, il y en a qui comptent parmi les meilleurs de la région. Mais, ici, il y a des commerçants et non des moindres qui préfèrent dicter leur agences pour que « gorer » pour reprendre un mot de notre patwa kreol et se substituer aux bons spécialistes de communications et de publicités deviennent la meilleure façon de faire..

La dernière trouvaille de ces « goreurs » c’est Black Friday. Dieu sait si en cette triste, pénible même, période de pandémie, où tous les jours on apprend que des dizaines de Mauriciens laissent ce coin de vie pour les fours crématoires ou les terres des cimetières ne sert toujours pas de leçon. Cela, sans pouvoir permettre à leurs proches de les bid farewell comme ils ont tous eu l’habitude de le faire humblement avant mars 2020.

Est-ce que ces initiateurs de Black Friday ont pris au moins une minute pour comprendre l’origine et le sens même de ce « sad happening » ? « Sad happening » directement lié à l’esclavagisme selon l’histoire. Les histoires autour de Black Friday aux Etats-Unis sont parfois dures à revivre. Dans le présent contexte chez nous, le Black Friday pourrait entraîner encore plus l’émergence de cas positifs à la contamination du coronavirus COVID -19. C’est presque certain. On vient de vivre un début de novembre d’extravagance avec des gens irresponsables qui se sont rués vers les plages de Flic en Flac, Choisy, Pereybère, Bras d’Eau, Belle Mare et j’en passe sans respecter les consignes sanitaires en vigueur, donnant ainsi du tournis au service policier. Les foules dans nos Flu Clinics actuellement sont les résultats même de ces mauvais comportements du début du mois. Nombreux sont ceux qui sont déjà infectés, d’autres qui le seront bientôt et hélas certains iront se reposer pour l’éternité à l’autre bord. Les instigateurs de Black Friday, eux, donnent l’impression qu’ils s’en foutent éperdument. Pour eux c’est tout simplement une peccadille… La caisse est plus importante que la santé publique. Cela, ces politiciens et pseudos politiciens sans vergogne, n’auront pas le courage de dénoncer. Financement oblige ! Honteux ! Souhaitons que les têtes pensantes de la société civile aient au moins le courage de consentir leur effort pour faire arrêter le massacre annoncé. Il n’est pas encore trop tard.

STELLIO ANTONIO

 

Latest Articles

SOCIETE: La CWA veut une solution immédiate pour les habitants de Laventure

La CWA, à travers son nouveau General Manager, Prakash Maunthrooa, met en ce moment, une nouvelle stratégie de communication sur le terrain...

FOOTBALL : Ce que l’on sait du mouvement de foule qui a causé 125 morts en Indonésie

« Des policiers ont projeté du gaz lacrymogène, et les gens se sont aussitôt précipités pour sortir en se poussant les uns les...

Guerre en Ukraine. Arrêtez la spirale de violence: la supplique du pape à Vladimir Poutine

Le pape François s’est adressé au dirigeant russe, hier, pour lui demander de mettre un terme aux combats qui opposent la Russie...

Indonésie. Un match de foot vire à l’émeute, au moins 129 morts

Au moins 129 supporters de football sont décédés, hier, après les violences qui ont éclaté à la suite d’un match de la ligue...